Les "plus" des zoogotos

L'association immédiate aux lettres

 Car il ne s'agit pas d'apprendre les zoogotos dans un premier temps, puis les lettres dans un second temps, mais bien d'associer d'emblée les deux étroitement.

C'est pourquoi chaque zoogoto est calqué sur son initiale en script (la graphie dite "de la lecture" des supports imprimés), pour que l'association lettre, son et zoogoto soit optimale. Elle est encore renforcée par les vidéos de morphing où l'on commence par présenter la lettre, à laquelle on associe un zoogoto, pour aider les enfants à la mémoriser ("La lettre a fait chanter le son /a/, comme dans anaconda..."). *Voir en bas de cette page plus d'informations sur l'éclairage des neurosciences cognitives sur la mémoire.


L'univers cohérent et attrayant des animaux

 Les animaux génèrent des émotions positives et suscitent une forte curiosité naturelle chez les enfants. La plupart des animaux/zoogotos sont déjà bien connus des enfants, et ils adorent en découvrir de nouveaux plus insolites, tels le xérus, le nandou, l'unau ou le quokka, qu'ils mémorisent très facilement

NB : des informations descriptives de chaque animal sont proposées sur leurs "fiches d'identité".  

zoogotos x n u q

Pour soulever l'enthousiasme des élèves et les motiver fortement, il suffit de leur annoncer que régulièrement, ils vont partir à la découverte de drôles d'animaux-lettres, dotés d'un super pouvoir : celui de faire chanter les sons ! L'envie de découvrir de nouveaux animaux, et donc de nouvelles lettres, est ensuite nourrie par l'effet "collection" qui fonctionne très bien avec les enfants : ils souhaitent "apprivoiser" tous les zoogotos !

À noter que s'appuyer sur des animaux bien réels et non sur des personnages fictifs ou inventés permet de développer des séances de langage stimulantes avec un vocabulaire riche.

Autre avantage de taille : dans les classes à deux, voire trois niveaux, ou présentant d'importantes disparités, les zoogotos créent l'enthousiasme chez tous les élèves, tout en offrant la possibilité de différencier les apprentissages.


Autant de zoogotos que nécessaires !

 Deux zoogotos pour le c qui produit deux sons ([k] comme crabe mais aussi [s] comme cygne)ainsi que pour le g ([g] comme guêpe mais aussi [j] comme girafe.


 Des zoogotos pour le é [e] et le è [ε], ainsi que pour les digrammes  ch [ʃ], oi [wa] et ou [u].


et même, pour les plus avancés (ou certains prénoms), les sons on [ɔ̃], an [ãet in [ɛ̃].

   

à découvrir ici,  et .


 Les deux façons de faire sonner la lettre o, avec les otaries (o fermé) et les orques (o ouvert).


 Les deux tracés en script du a, obtenus grâce à la "souplesse" d'Anastasia l'anaconda.



Des astuces pour répondre aux questions des enfants

Les enfants se posent vite des questions légitimes, notamment sur l'orthographe de leurs prénoms :

Louise : "Pourquoi le s fait [z] ?" - réponse

Tanguy : "Pourquoi on n’entend pas le u ?" - réponse

Capucine : "Quand est-ce que le c fait [k] ou [s] ?" - réponse

Joseph : "Pourquoi dans mon prénom on entend [f], alors qu'il n'y a pas de f ?" - réponse ... etc.

Grâce à de petites astuces, les zoogotos leur apportent des réponses amusantes et faciles à mémoriser. 


Autant d’ateliers pédagogiques que voulus !

Soumettez-nous vos besoins et vos envies : dans un esprit collaboratif, nous ferons au mieux pour traduire ces idées en nouveaux fichiers prêts à imprimer et à découper, afin qu'ils soient mis à la disposition de toute la communauté zoogotos. Et d'ailleurs, merci aux inspiratrices du ZooGOlogue, du Labyrinthe des voyelles, des Memories des voyelles et des consonnes, des Digicodes, de la grille pour Tableau bavard !



Questions souvent posées


Les animaux ne sont-ils pas difficiles à retenir pour certains enfants ?


Vous vous demandez peut-être si l’unau, le xérus ou le quokka, qui étaient jusque-là inconnus des enfants et peut-être de vous-même, ne seraient pas trop compliqués à retenir, notamment pour des élèves en difficultés.

Nous pouvons vous rassurer totalement, car nous avons maintenant suffisamment de recul et de témoignages pour constater que tous les enfants mémorisent très vite chaque nouvel animal, et même son prénom. Après tout, ce n’est pas étonnant quand on pense notamment à leur facilité à retenir des noms bien plus compliqués comme ceux des dinosaures. Quand l’intérêt est là, la mémorisation se fait tout naturellement !

Y a-t-il une histoire ?

Les zoogotos répondent à deux objectifs clairement définis et qu’il est important d’expliciter aux enfants : mémoriser la graphie des lettres en script et associer chaque lettre au son qu’elle produit. Il ne s’agit donc pas de perdre les enfants dans une histoire qui risquerait de les détourner de ces objectifs en créant de la confusionPour autant, l’enthousiasme que les zoogotos provoquent chez les enfants n’en est pas moindre ; il découle de leur curiosité à découvrir de nouveaux animaux, créant même de l’impatience à ce qu’on l’on présente un nouveau zoogoto et donc une nouvelle lettre, avec un "effet collection" positif.

Et quand les zoogotos sollicitent leur imaginaire, notamment à travers les décors de la Chasse aux sons, c’est aussi avec un objectif pédagogique, pour enrichir leur vocabulaire et les faire se questionner sur ce qu’ils entendent ou pas. De même, les petites phrases associées aux zoogotos se mémorisent facilement et renforcent l’assimilation du phonème.


En revanche, il peut être utile de proposer une histoire très courte et mnémotechnique pour faire comprendre une spécificité ou une règle : c’est notamment le cas pour les astuces Bandes de zoogotos !Quand Suzie zozote ! Quand Ursulle dort ! et Ils se peignent pour imiter leurs copains !


Est-ce une méthode de lecture ?

Non, les zoogotos ne prétendent pas être une méthode de lecture, mais uniquement de préparation à l’apprentissage de la lecture. Le préalable indispensable est la connaissance des lettres associées à des phonèmes. Il ne s’agit pas de faire "lire en zoogotos". La lecture doit se faire directement avec les lettres. Les zoogotos pourront éventuellement au début servir de "béquille" à un enfant qui n’aurait pas bien assimilé un couple graphème-phonème et qui peut, en se demandant "à quel zoogoto cette lettre me fait penser?", refaire le chemin de mémorisation. Il est donc important d’expliquer aux enfants cette "procédure" qui les aidera à retrouver le nom et le son d’une lettre.

Les zoogotos participent au développement de la conscience phonémique. Bien sûr, pour les élèves qui avancent bien, des premiers exercices d’encodage ou de décodage de syllabes, voire de mots simples, pourront être proposés, les préparant ainsi encore mieux au CP (voir l'activité n°5 des figurines "les encodables"). De même, les astuces pour découvrir les premières spécificités orthographiques permettent de ne pas laisser les enfants curieux sans réponses à leurs questions. D’ailleurs, en CP les zoogotos sont adoptés en complément de la méthode de lecture, pour aider les élèves à démarrer puis comme aide-mémoire, et cela se révèle très efficace.


Y-a-t-il un livre du Maître ?

Les zoogotos sont simples à utiliser et ne nécessitent pas de "séances de formation compliquées". Rappelons que l’objectif n’est pas ici d’apprendre à lire aux élèves, mais de développer leur conscience phonémique et qu’ils connaissent un maximum de couples graphème/phonème.


En termes de progression, le conseil donné par l’Institution est naturel : présenter les lettres dans un ordre dicté par la difficulté à percevoir le son qu’elles produisent : voyelles, consonnes fricatives, puis occlusives.

Nous proposons des programmations, calées sur les différents calendriers scolaires de l'année en cours, qui permettent de présenter et réviser tous les zoogotos, mais que chacun(e) pourra s'approprier et moduler selon ses besoins.


Les jeux et ateliers des zoogotos s’adaptent simplement au stade auquel se trouvent les élèves, l’enseignant pouvant sélectionner les zoogotos étudiés en classe avant de lancer une activité.

À titre d’exemple, nous proposons des fiches de déroulé de séance pour ritualiser les activités de phonologie autour de la présentation d’une nouvelle lettre par Eugène, le soigneur des zoogotos. La connaissance de votre classe et de vos élèves est au cœur de votre pratique, du rythme que vous souhaitez donner, et les outils zoogotos sont à votre disposition pour accompagner votre progression.


* L'éclairage des neurosciences cognitives sur la mémoire


Les neurosciences ont montré que, pour être capable d'enregistrer puis de retrouver une information, différents chemins de mémorisation s'activent dans le cerveau :

 une voie perceptive, rattachée aux sens, qui se déclenche grâce à des images, des sons, des émotions...;

 une entrée sémantique, qui s'appuie sur les mots, avec un vocabulaire spécifique;

 et une mémoire épisodique, qui fait appel au souvenir d'une situation particulière.

 

Les zoogotos permettent d'emprunter ces trois chemins :

 Ils sont attrayants visuellement, suscitent la curiosité et des émotions positives, captent l'attention, sont animés dans les vidéos de morphing, manipulés, touchés grâce aux figurines...

 Chacun est associé à de nombreux mots supports de mémorisation : le prénom, l'animal, le petit virelangue descriptif, tous les mots des chasses aux sons...

 Ils sont mis en situation dans des décors dédiés (dans l'album) et dans les nombreux ateliers proposés.

 

Ils sont donc identifiés et mémorisés beaucoup plus facilement qu’une lettre classique, abstraite et un peu austère : face à une lettre mal maîtrisée, l’enfant peut visualiser le zoogoto très ressemblant, et, en disant le nom de l’animal ou son prénom, retrouver facilement le son et le nom de la lettre. Il développe ainsi des automatismes de travail (ce que l’on appelle la mémoire procédurale), d’abord consciemment, puis de manière spontanée et immédiate (sans plus avoir besoin de passer par la visualisation du zoogoto).

Article utile : Comprendre le fonctionnement de la mémoire. Inserm 2019.